Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/42

Cette page n’a pas encore été corrigée


route, mais aujourd’hui ce sera la dernière

Il fit vivement quelques pas en silence ; puis s’écria tout-à-coup :

— J’ai été d’une outrageuse bêtise en pliant bagage devant ce Dudley. Ça fera une vilaine affaire quand Hugh et moi nous serons en face d’eux… mais… que je réfléchisse donc un instant.

S’appuyant contre un arbre il y demeura quelque temps plongé dans une méditation profonde et inquiète. Après quoi il releva la tête avec une expression de jubilation triomphante : il avait trouvé un baume aux blessures de son amour-propre.

— Que ce colporteur aille au diable, pour le moment, reprit-il d’un ton froid, j’ai d’autres affaires plus importantes. Mais que vois-je par là-bas ? ajouta-t-il en regardant à quelque distance, le cou allongé, les yeux fixés avec curiosité sur un objet étrange, à demi caché par les feuillages.