Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/36

Cette page n’a pas encore été corrigée


due à quelqu’une de vos sottes plaisanteries. Et vous, Overton, croyez-vous qu’il n’y aurait pas pour votre carabine d’autre emploi meilleur que d’en faire une massue.

— Rendez-moi justice, Squire Dudley, s’écria le bavard colporteur ; c’est lui qui a commencé, qui a pria son fusil pour m’assommer ; et pourquoi…? parce que je lui disais que le daim de tout à l’heure n’avait pas couru grand danger sous son coup de feu alors il m’a proposé de lui servir de cible. Sans vous, il n’aurait probablement pas attendu mon consentement pour me fusiller.

— Je pense, Overton, dit le jeune Squire Dudley, que vous n’aurez pas assez de fiel dans l’âme pour conserver rancune à cet incorrigible moqueur de Nathan Dodge ; vous savez bien que cela rentre dans son métier d’être facétieux : c’est même sa principale industrie.

Le chasseur lança au colporteur un regard qui