Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/35

Cette page n’a pas encore été corrigée




CHAPITRE II


À TRAVERS LES BOIS


Le chasseur, furieux de cette diversion imprévue, se tourna violemment contre l’intervenant, prêt à décharger sur lui sa colère. Mais à peine l’eût-il aperçu qu’il baissa les mains et les yeux avec confusion, et resta immobile sans dire un seul mot.

— Oh c’est une honte s’écria le jeune homme arrivé si fort à propos, une honte répéta-t-il en se plaçant entre les combattants, de profaner une matinée si belle par de semblables brutalités ! Je crains bien, Dodge, que cette querelle ne soit