Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/30

Cette page n’a pas encore été corrigée


un instant le colporteur sans savoir comment lui répliquer : tout à coup, préférant les actions aux paroles, il jeta son fusil par terre, et saisit son interlocuteur à la gorge.

Mais l’attaque était prévue : le colporteur introduit adroitement son bras entre ceux de ton adversaire, et, les séparant avec violence, se débarrassa de cette brusque étreinte.

Une lutte en règle s’engagea ; les deux athlètes étaient à peu près d’égale force. Si le chasseur présentait le type vigoureux des gens de la frontière, le colporteur réalisait la musculature épaisse et solide des paysans de la Nouvelle-Angleterre.

Pendant quelques instants ils échangèrent des attaques et des ripostes vigoureuses, sans aucun résultat. Le chasseur pâlissant de colère à chaque nouvel assaut ; le colporteur conservant sur ses grosses joues le sourire provoquant qui avait précédé le combat.