Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/28

Cette page n’a pas encore été corrigée


— À en juger par l’échantillon que j’ai vu tout-à-l’heure, je ne risquerais pas grand chose à vous servir de cible à cent pas ; mais il faudrait intéresser la partie, alors ce serait pour moi une simple affaire.

— Un peu plus que cela ! répondit le chasseur d’un ton menaçant, vous vous repentirez d’avoir rencontré Ned Overton.

— Pahaw ! aujourd’hui ce n’est pas mon opinion, reprit le colporteur avec un sourire de mépris, en voyant le chasseur s’approcher de lui.

— Passe ton chemin ! Yankee ! je suis dangereux !

— Comme cet infortuné daim, qui court encore, peut en fournir la preuve

Et le colporteur partit d’un grand éclat de rire.

— Regarde par ici, étranger, hurla le chasseur hors de lui, tu vas te frotter à une rude écorce.