Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/26

Cette page n’a pas encore été corrigée


chassait le daim, tantôt on aurait cru que le daim chassait papa.

— Je pense qu’il n’atteignît pas ce gibier-là ?

— Pardon, sir ; papa avait son plan, il l’exécuta. Quel plan supposez-vous qu’il imagina ?

— Eh ! je ne puis le dire.

— Un plan, M. Tire-droit, que je vous conseille d’exécuter lorsque vous en trouverez l’occasion. Papa se mit à viser en rond autour du rocher, et fit feu en direction circulaire : l’animal fut abattu, mais papa reconnut ensuite que ce procédé était dangereux, car la balle, après avoir traversé le daim, vint lui siffler devant la figure. Voilà comment il menait ses affaires à la chasse. Pensez-vous, mon joli «  Mangeur de poudre  » ajouta le colporteur d’un air important, pensez vous que ce ne soit pas instructif pour vous ?

— Si vous voulez être à même d’apprécier mon habileté de tireur, M. Baguenaudin, placez vous à cent pieds d’ici et nous ver-