Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/235

Cette page n’a pas encore été corrigée


Deux pas plus loin, Nathan Dodge se trouva nez à nez avec l’infortuné Scroggs.

— Salut ! M. l’attorney, lui dit-il ; si vous avez conservé un exemplaire de votre discours contre «  l’infâme et cruel Dudley !   » je vous l’achète un dollar la page. Voulez-vous ?

Le malicieux colporteur se mit à rire en voyant disparaître le petit magistrat.

— Bon ! dit-il, voilà toute ma mauvaise marchandise écoulée. Aux derniers les bons !



fin