Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/229

Cette page n’a pas encore été corrigée


petit homme, qui était venu curieusement stationner près de la porte, vit apparaître le nègre qui, en homme d’importance, réglementait le transport et l’arrangement des bagages.

En l’apercevant le curieux ne put retenir une exclamation :

— Mais c’est Caton De par tous les diables, c’est vous, Caton !

— Eh ! eh ! Massa Dodge ! bonjour, Massa Dodge ! comment va ? Je suis charmé de vous voir, Massa Dodge ! et de vous voir si fort engraissé s’écria le nègre en embrassant cordialement le colporteur.

Tous deux entrèrent dans la cour de l’hôtel où l’illustre voyageur présidait lui même à l’emménagement de ses bagages.

— Oh ! Seigneur ! voilà Charles Dudley ! murmura le colporteur dans une stupéfaction profonde.

— Oui, mon vieil ami, répliqua le gentilhomme