Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/215

Cette page n’a pas encore été corrigée


ricanement sauvage ; comme ça, de deux coups de pistolet, ajouta-t-il en sortant les armes de la ceinture, et les posant à côté de lui sur la table ensuite, j’irai avertir mes amis pour les lancer ri la poursuite de tes fuyards. Puis… ah ! la fête sera bonne alors ! puis… quand on les tiendra, ce qui ne sera pas long, je me charge de vous trois.

Il étendit la main pour prendre ses pistolets : au même instant Sedley se jeta sur la table pour les lui arracher, et parvint à en saisir un. L’action du vieillard avait été si soudaine qu’Overton n’avait pu la prévenir. Il bondit en arrière dans un coin obscur, et se cacha derrière un baril renversé par terre.

Les deux adversaires se trouvaient à six pas l’un de l’autre, Sedley debout au milieu de la chambre, Overton tapi dans son refuge improvisé, mais ayant toujours la tête et la poitrine exposées au feu de son antagoniste.