Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/213

Cette page n’a pas encore été corrigée


fureur, Nahan Dodge avait pris la fuite et avait couru chercher du secours au village.

Bientôt l’énorme serrure, détachée de ses clous, vola en éclats ; la porte s’ouvrit en tremblant sur ses gonds ; Overton se rua dans l’intérieur, et courut au compartiment où était te lit du prisonnier.

Sedley eut un moment d’angoisse cruelle :

— Oh ! mon Dieu ! se dit-il ; si Charles ne s’est pas encore évadé, il est mort si cette bête féroce s’aperçoit de l’évasion, les fugitifs seront aussitôt poursuivis, repris ! et alors !…

Il n’eut pas le temps d’achever les mains crochues d’Overton se cramponnaient à lui, après avoir coupé ses cordes, et l’entrainaient au fond de la prison.

— Maudit ! traître hurla le forestier, au comble de la fureur, viens contempler ton ami !

Il le traina ainsi jusque vers le lit. Sous les draps se dessinait vaguement une forme humaine : Overton tira brusquement la couverture ; un mannequin