Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/201

Cette page n’a pas encore été corrigée


Pendant cet examen, Dudley s’était assuré que la porte était fermé.

Tout allait bien jusque-là ; mais Parking en entrant, allait découvrir tous les préparatifs !… les mèches soufrées couvraient le sol, un baril défoncé était en vue au milieu de sa chambre.

— Il faudra que je le tue ! se dit-il avec un frisson.

Et il arma un de ses pistolets quand il entendit Perkins replacer sa main sur la clef.

La porte s’ouvrit :

— Bonjour, M. Dudley, fit le maître d’école ; comme vous êtes pâle ! êtes-vous malade ?

— Oui, M. Perkins, j’ai fait toute la nuit des rêves épouvantables d’ailleurs, vous comprenez l’émotion qu’a dû me causer un semblable réveil.

— Oh ! oui ! j’en ai encore la chair de poule : il n’y a que les nègres pour pousser de pareils cris. Enfin, par bonheur, il n’y a rien de sérieux.