Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/199

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Qui va là ? Quelles violences commet-on donc ici ? J’ai cru reconnaitre la voix de Caton.

— Au recours ! Massa Dudley ! vociféra le nègre ; c’est Massa Perkins qui veut mettre de la poudre sur l’endroit où le serpent à sonnettes m’a mordu.

— Eh ! que diable a donc à crier cette bête noire ? gronda Perkins irrité, je ne te touche pas, imbécile, et ne veux pas te toucher ! Que tous les serpents du comté te piquent le gosier pour te réduire au silence !

Ce disant il mit sa clef dans la serrure. Dudley, plus mort que vif, et craignant que Perkins ne reconnut que la porte avait été ouverte, se hâta de dire avec volubilité pour détourner l’attention du geôlier :

— Monsieur ! au nom du ciel ! regardez bien le visage de ce pauvre homme ! Vous savez, en pareil cas, une seconde vaut un siècle, et le blessé