Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/197

Cette page n’a pas encore été corrigée


jestueux Perkins ; vas-tu rester là comme un Dieu Terme ? ou bien, comme Milon de Crotone, as-tu les main prises dans quelque fente d’arbre ?

Caton ouvrit de grands yeux : des coups de pied ou des soufflets lui auraient été plus familiers que des paroles aussi savantes.

— J’ai… Massa Perkins… jai… été piqué par un serpent à sonnettes… le pauvre Caton est perdu répondit-il d’une voix glapissante destinée à avertir Dudley et à couvrir le grincement de la clef.

Mais Dudley ne donna pas signe de vie, et la clef ne voulut pas bouger.

— Toi ? piqué ?… Et, depuis quand ? fit le maître d’école d’un ton un peu incrédule. Voyons donc ça ? où es-tu blessé ? Je connais un fameux remède, quand le mal est pris à temps : on saupoudre la plaie de poudre à canon et on y met le feu. Tiens, justement ! nous avons le remède