Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


dit bonjour ; il dormait ; alors, en attendant, j’ai fait comme lui : répondit en bégayant le pauvre Caton, qui tout en reprenant un peu de sang-froid, ne savait plus à quel saint se vouer.

En effet, Charles, sans se douter de rien, pouvait arriver d’un instant à l’autre, et alors !… tout était perdu. En outre, au moment où le jeune homme apparaîtrait, le feu serait aux mèches et la mine sur le point d’éclater comment fuir ?…

Bien plus ! cette porte ouverte ! la clef dans la serrure Caton fut pris d’une sueur froide. Il se leva comme un automate, s’appuyant toujours, du dos, contre la porte, de façon à cacher la serrure. Aussitôt debout, il passa ses mains par derrière et les crispa sur la malheureuse clef mais il sentit qu’elle résistait ; il comprit qu’elle ferait du bruit en tournant, et il resta immobile, plus mort que vif.

— Eh ! bien. Boule-de-neige, plus peureux qu’un écureuil reprit assez jovialement le ma-