Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/188

Cette page n’a pas encore été corrigée


serrure gigantesque et l’adapta à la robuste porte.

L’artiste, auteur de la serrure, l’avait munie de deux clefs qu’il avait envoyé avec elle. L’une de ces clefs avait été rangée précieusement par Sedley et complétement oubliée par lui ainsi que par tous ses concitoyens.

Il fallut la captivité de Dudley pour rappeler cette bienheureuse clef au souvenir du vieillard : combien alors, il bénit l’oubli dans lequel il l’avait laissée l’évasion du cher prisonnier fut dès lors préparée avec tous les soins imaginables. En attendant, on communiquait avec lui, on le tenait au courant des résolutions prises, on recevait ses instructions.

Cette fois, la conférence fut longue : Caton ressortit d’un air affairé et ne fit qu’un saut jusqu’au cottage. Là, il y eût de nouveaux pourparlers entre lui, Sedley et Lucy.

Enfin, le vieillard et sa nièce allèrent se cou-