Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/176

Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce dernier venait de recevoir en plein visage un jet sorti des lèvres de Dodge et fortement aromatisé de tabac.

Il s’éloigna sans mot dire, s’essuyant modestement.

— Ça lui apprendra à écouter par derrière, le vil espion, dit en riant le colporteur. — Hé ! Caton

— Quoi ?

— Massa Dudley n’être pas encore pendu ; moi, pas dire plus ! fit Dodge en contrefaisant le nègre.

Tous deux se séparèrent en riant.

Ainsi furent closes les grandes assises d’Adrianopolis.