Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le plan d’Adrianopolis comprenait bien une geôle et un pénitentiaire ; mais ces deux utiles édifices étaient restés en projet. La block-house était donc la seule prison dont on put disposer sans en altérer la destination : elle ne servait à rien, et ses portes n’avaient pas été ouvertes depuis trois ans, époque à laquelle, en prévision d’une invasion indienne, on l’avait approvisionnée de poudre et d’ustensiles de guerre.

Quand on emmena Dudley, ii passa près de Nathan Dodge et échangea avec lui un regard accompagné d’un sourire étrange.

Au même instant, quelqu’un frappa sur l’épaule du colporteur ; c’était Caton, le noir de M. Sedley qui avait suivi avec une attention palpitante toutes les phases du débat.

— Massa Dodge, dit-il, est-ce vrai qu’ils ont décidé de le faire pendre ?

— Pendre qui ?

— Massa Dudley ?