Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/171

Cette page n’a pas encore été corrigée


chantes dispositions du village à son égard, il se dit que toute tentative de défense, allât-elle jusqu’à accuser le vieillard, n’aboutirait qu’à les perdre tous deux en les faisant considérer comme des complices.

Il se tint donc dans une abstention complète, déclara qu’il n’avait pas de témoin à invoquer, pas d’observation à faire, et qu’il s’en remettait à la justice des hommes.

En entendant ces simples et dignes paroles, les douze jurés tremblèrent, écrasés par cette responsabilité terrible à laquelle ils n’avaient pas même songé.

Mais M. Scroggs était là, heureusement ! son réquisitoire flamboyant était prêt — toujours le même depuis dix ans, sauf quelques variantes pour chaque affaire ; — son œil incisif pétillait, ses lèvres savantes contenaient mal le fleuve débordant de son éloquence.

Nous ferons grâce au lecteur de ce pathos