Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/169

Cette page n’a pas encore été corrigée


cher un nouveau projectile ; enfin, ne trouvant rien, il abattit ses doigts crispés sur la tête ébourriffée d’un marmot qui se trouvait à sa portée et le jeta au hasard dans l’auditoire.

Ce tut alors un concert de vociférations qui ne t’arrêta que lorsqu’on vit l’irritable magistrat retomber épuisé sur son siége.

Cette ridicule aventure avait remis Dodge de bonne humeur ; il se déclara disposé à compléter sa déposition par des révélations importantes. M. Scroggs l’arrêta court en objectant que toutes ses paroles seraient de pures suppositions, et qu’en deux mots l’affaire était réglée sur ce point, puisque Dudley lui-même avouait s’être lancé à la poursuite d’Overton.

D’autres circonstances vinrent aggraver les charges pesant sur Dudley. Hugh Overton et ses camarades avaient fait des recherches dans le bois sur la lisière, ils avaient trouvé des empreintes de pieds de cheval qui les avaient con-