Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/162

Cette page n’a pas encore été corrigée


respirer quand il fallut monter sur l’estrade, et se moucha d’une main tremblante.

Enfin, tout étant fait et parfait, on appela le premier témoin : c’était Nathan Dodge.

M. Scroggs, dardant sur lui un regard expressif et surnaturel, lui dit gravement :

— M. Dodge vous êtes appelé à dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité Je vous adjure, au nom de la justice, de bien rappeler vos souvenirs et de les exprimer tels qu’ils sont ; parlez sans intention favorable ou hostile au prisonnier ; dites ce que vous savez ; rien de plus rien de moins ! — Et soyez bref.

— Fort bien ! commença le loquace colporteur en lançant un jet de salive noirâtre juste dans la poche du cordonnier qui siégeait à coté de lui : — pour couper court, voilà l’affaire. Le soir en question, je rencontrai Overton, à cheval, marchant dans la direction du Bois–Noir.

— Pas si vite ! attendez donc que je formule la