Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/160

Cette page n’a pas encore été corrigée


intervalle ses joues cramoisies, soufflait comme un phoque et t’essuyait périodiquement le front avec un immense mouchoir parfumé au jus de tabac.

Dudley fut amené pour assister, suivant la loi, au choix préparatoire des jurés. Aucune altération n’apparaissait dans sa noble contenance ; seulement il était un peu plus pâle que d’ordinaire. Du reste, sa physionomie apurée n’exprimait aucune crainte, aucune émotion.

Quand il entra, un murmure sourd parcourut l’assemblée, les confidences se chuchotèrent avec ardeur.

— Il n’a pas l’air troublé, du tout ; observa le forgeron ; à le voir, on croirait que tout ça ne le concerne point.

— Oh ! c’est l’habitude qui le rend ainsi, murmura le timide tailleur en se mouchant pour échapper aux regards.

— Il est jeune mais hardi !