Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/158

Cette page n’a pas encore été corrigée


rique. Il prenait soin d’entretenir sa réputation prodigieuse par des propos familiers sur les grands hommes, qu’il disait de sa connaissance intime.

Comme M. Perkins, il aimait les grands mots creux, incompréhensibles, stupéfiants. Sa conversation était un abus du genre hyperboliquement noble.

On ne saurait dire avec quelle majesté nuageuse il trônait sur son siège, retranché derrière une barrière de livres, lançant à travers ces créneaux improvisés l’artillerie de son regard ou de sa parole.

Il fallait le voir, écrivant avec une rapidité phénoménale, — quelquefois il oubliait l’encre ; — passant soudain sa plume derrière l’oreille, pour feuilleter un volume ; puis reprenant sa gymnastique furibonde sur le papier qu’il émaillait d’i sans points, et de t sans barres.