Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/149

Cette page n’a pas encore été corrigée


pièce voisine, pour faire les préparatifs de Ma funérailles.

Dans cette opération, tomba sous la table un fragment de cuir, étranger à son vêtement, que le mort semblait avoir arraché au costume de son adversaire. Personne ne prit garde à la chute de cet objet, si ce n’est le colporteur, qui songea aussitôt à s’emparer de cette pièce à conviction.

Se levant aussitôt avec une nonchalance féline, il circula pendant quelques secondes autour du groupe qui manipulait le cadavre, se baissa sans affectation, mit la main sur le fragment convoité, le fit disparaître dans sa poche, et s’en alla d’un pied léger.

Il croyait tenir dans sa veste une portion importante du sort de Dudley, et se félicitait d’avoir été si vigilant et si adroit.

Pendant les discussions et les suppositions de l’assemblée délibérante, une autre petite troupe,