Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/139

Cette page n’a pas encore été corrigée


le reverrons pas avant la pointe du jour pour courir la nuit, il est comme les chats.

— Mais enfin, que fait-il, à cette heure ?

— Demande-le à Hugh, malgré son air sournois, il sait tout.

— J’aimerais mieux questionner cette tête là-bas… Décidément je parie que c’est celle de Bill le scieur.

— Ne crie donc pas ce nom là si fort, Hugh t’entendra et ce sera sa déviation, car il y a un mois qu’il attend Bill pour vider une gageure qu’ils ont faite ensemble.

— Laquelle donc ?

— Ils ont parié trois dollars que Bill, consciencieusement rempli avec un entonnoir, contiendrait dix gallons de vin de plus que le vieux Hugh.

— Ah ! il est certain que s’il a déjà bu trop d’eau. Bill ne pourra plus tenir le pari

— Oh ! ce n’est pas ce qui désolerait Hugh,