Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée


aux pieds, vous ! — Je le déclare, enfants, Hugh Overton ressemble comme deux gouttes d’eau, à ce roi qui voulait jeter son fils à la mer pour lui faire chercher sa sœur noyée depuis un an et un jour.

— Quelle histoire est-ce ça ? Dis-nous la, Sam, cria la troupe.

— Silence ! j’ai fini : ça me serre le gosier un homme qui ne rit jamais.

Overton se détourna de mauvaise humeur et continua d’observer le courant de la rivière.

— Enfin ! Hugh, qu’avez-vous à dire contre notre danse ? demanda mielleusement un autre matelot.

— Je n’en veux pas ! voila !

— C’est dommage ! Nous noua contenterons de terminer par une simple petite gigue ajouta le joyeux drille en retournant à ses compagnons.

Mais, à l’instant même, l’attention des ma-