Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/135

Cette page n’a pas encore été corrigée


sauts périlleux et trépignements féroces ne furent pas épargnés.

Le bateau en tremblait : le musicien, au comble de l’enthousiasme, accompagnait l’instrument d’une voix de stentor, ouvrant une large bouche dans laquelle son énorme chique faisait activement la navette, suivant les besoins de la vocalisation.

— La «  Chaîne des Dames !   » «  Balancez au milieu !   » criait-il entre-temps, comme un ménétrier qui commande la danse : «  La Queue du Chat !   » «  Balancez !   » «  Lâchez tout !   »

Et le galop effréné de tourbillonner ! les pieds de voltiger ! le bateau de trembler !

— Ah ! mais ! avez-vous bientôt fini ? s’écria de nouveau le pilote qui n’était autre que Hugh Overton.

— Oh ! calmez les mots ! faites donc une épissure à votre vieille langue ! hurla un des danseurs avec un gros rire, vous êtes gai comme un cor