Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/128

Cette page n’a pas encore été corrigée


tage : Lucy et son oncle se livrèrent au repos dont ils avaient tant besoin ; Caton commença, sur sa couche de paille dans l’écurie, un concert aussi sonore que peu harmonieux, sans pour cela être troublé dans son sommeil.

Une heure plus tard, une forme humaine se montra à la porte qui venait de tourner sans bruit sur ses gonds ; cette ombre silencieuse se glissa dans l’ombre projetée par le toit, fit le tour du jardin, entra dans l’écurie par une porte de derrière ; au bout de quelques instants, le même fantôme reparut emmenant avec lui un cheval, le conduisit lentement et avec précaution hors de l’enclos, puis se mit en selle et gagna les noires profondeurs de la forêt.