Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/124

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Non, bien chère Lucy. Mais que redoutez-vous ?

— Je crains quelque autre catastrophe, Charles ! mon oncle s’était mis à la poursuite d’Overton. J’ai entendu, il me semble, deux voix irritées ; puis une lutte ; puis… un cri affreux, un râlement, la clameur déchirante d’un mourant ! Charles ! peut-être ne reverrons-nous pas mon oncle. Hélas ! il est mort en combattant pour moi !

Dudley garda un triste et sombre silence, sans oser l’avouer, il partageait toutes les craintes de la jeune fille.

Néanmoins, lorsqu’après avoir amèrement pleuré elle parut reprendre quelques forces, il s’efforça tendrement de dissiper ses sinistres appréhensions et lui conseilla de revenir au cottage, où sans doute se trouverait M. Sedley.

Mais la courageuse enfant ne voulut point songer au retour :