Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/120

Cette page n’a pas encore été corrigée


plutôt qu’il avait… Mais si ! c’était bien une femme. C’est prodigieux ! A-t-il fait quelque sottise ! A-t-il… ? A-t-il… ?

Dudley était déjà bien loin avant que l’honnête Dodge eût cessé de parler. Celui-ci, tout gonflé des questions qu’il n’avait pu faire, flairant aussi quelque événement mystérieux, hâta le pas pour se rendre au village, espérant trouver quelque éclaircissement au Club des curieux. Peu à peu le tintement de ses clochettes s’affaiblit, puis s’effaça ; la forêt redevint solitaire et silencieuse comme auparavant.

Un moment Dudley fut indécis sur la direction qu’il devait prendre : car il était resté dans la persuasion que le chasseur partait pour le Canada. Au bout de quelques instants, une sorte d’inspiration le convainquit que ce prétendu voyage n’était qu’un grossier mensonge, mis en avant par Overton pour cacher ses criminels projets et en faciliter l’exécution.