Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de son manteau et le fit rouler sur la pente escarpée que formait en ce lieu la rive de l’Ohio.

Ensuite il remonta à cheval et s’enfonça rapidement dans le fourré.