Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/109

Cette page n’a pas encore été corrigée


unes, même, arrachées, gisaient sur le sentier de la forêt ; évidemment, ces désordres avaient été produits par une lutte ; ces débris avaient été arrachés par une main cherchant à se cramponner à tout ce qui l’entourait.

Sedley se précipita vers la maison, fit le tour des chambres vides et solitaires, en appelant la jeune fille. Le bruit de ses pas, le son de sa voix tremblante troublèrent seuls le silence glacial qui régnait autour de lui.

Il ne pût douter de la poignante réalité ; alors s’opéra dans cette organisation chancelante, mais finement trempée, une métamorphose incroyable. Avec la vigueur et l’agilité d’un jeune homme, il sauta à cheval et enlevant sa monture à la pointe de ses éperons, il partit comme la foudre dans la direction du Grand-Banc, lieu où le bateau des frères Overton était à l’ancre.

Un instinct, clairvoyant comme la seconde vue venait d’illuminer devant lui le sentier sombre