Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/103

Cette page n’a pas encore été corrigée


elle entendit un bruit de pu dans les broussailles, et Edouard Overton, le redoutable chasseur, apparut à l’entrée du jardin.

Sous la double impression de ses tristes rêveries et de l’horreur que lui inspirait cet homme, Lucy se leva précipitamment et voulut regagner la maison.

D’un bond, le Kentuckien se plaça sur son chemin, et posa lourdement la main sur son épaule.

— Non, non miss, vous ne m’esquiverez pas ainsi aujourd’hui ; lui dit-il brusquement.

— Que voulez vous, M. Overton ? retirez donc votre main !… lâchez-moi !… il faut que j’aille… mon père ! mon père ! s’écria la jeune fille.

— Votre père ah ! ah ! il pense à autre chose Hugh prend soin de lui.

— Mon Dieu ! je suis perdue, vous aviez tout préparé pour l’accomplissement de quelque projet affreux !