Page:Aimard, Auriac - Le Mangeur de poudre.djvu/101

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Je voudrais être plus courageuse, répondu la jeune fille d’un air préoccupé.

— Si tu es inquiète, je renverrai cette affaire jusqu’au retour de M. Overton.

— Ah! mais non s’écria ce dernier avec vivacité, si nous ne faisons pas marché aujourd’hui, il n’y faut plus penser. D’ailleurs, quelle crainte peut avoir cette jeune fille…? Caton ne lui tiendra-t-il pas compagnie jusqu’à votre retour?

Lucy feignit de prendre son parti et répliqua d’un air calme :

— Que je ne vous retienne pas. Caton restera fidèlement avec moi, j’en suis sûre.

— Yah! yah ) yah! certainement dit le nègre avec un geste superbe.

Décidé enfin, M. Sedley partit avec Overton, mais sans être complètement rassuré; plusieurs fois il fut sur le point de rétrograder.

Néanmoins, la jeune fille resta seule, et pour chasser une indéfinissable inquiétude, elle cher-