Page:Agoult - Histoire de la révolution de 1848, tome 2.djvu/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.
250
HISTOIRE

Cependant on s était rassuré, parce qu’à plusieurs reprises le jour annoncé pour une manifestation s’était écoulé dans le plus grand calme. Ainsi, le 9 mai, comme la douzième légion, commandée par M. Barbès, montait la garde au Palais-Bourbon, on avait convoqué la onzième, pour déjouer le complot et pour attendre de pied ferme la pétition ; mais personne n’avait paru. Le 13 encore, une procession d’ouvriers, venue de la Bastille, aux cris de : Vive la Pologne ! et signalée comme très-dangereuse, s’était arrêtée à la place de la Madeleine, et, malgré la présence de M. Blanqui, elle avait remis paisiblement sa pétition à M. Vavin, envoyé à sa rencontre par l’Assemblée. D’ailleurs, on comptait toujours sur les ateliers nationaux, dont M. Émile Thomas vantait le bon esprit, et qu’il proposait de mêler, en cas de besoin, aux masses populaires pour les envelopper et les détourner d’une agression violenté.

Toutefois, le lendemain 14, en voyant sur les murs de Paris, une lettre de convocation signée Huber et Sobrier, qui fixait le rendez-vous populaire pour le 15 au matin, à la Bastille, le président de l’Assemblée et la commission exécutive concertèrent quelques mesures pour le cas où le mouvement prendrait un caractère séditieux. Le général Courtais réclama avec beaucoup d’insistance le commandement en chef de toute la force armée et, ayant réuni dans la soirée les colonels des légions, il leur ordonna de convoquer dans chaque mairie mille hommes de réserve pour défendre, si cela devenait urgent, les abords de la Chambre. La réserve de la première légion, commandée par M. de Tracy, devait occuper la place de la Concorde, afin d’interdire le passage aux colonnes des pétitionnaires ; le général Foucher, commandant de la première division, eut ordre de se tenir à l’École militaire, prêt à marcher avec toutes les troupes disponibles ; mais il ne devait sortir que si l’attaque était sérieuse et ne faire agir la troupe que dans le cas d’une nécessité absolue.

Sur l’ordre de M. Buchez, un bataillon de la garde mobile