Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/170

Cette page a été validée par deux contributeurs.

bourant la terre de ce champ, amène à la surface du sol, des ossements humains.

C’est en souvenir de cette victoire, et aussi afin de faire prier pour l’âme des soldats morts pendant l’action, que le prince breton, commandant l’armée, fonda sur le lieu même de la bataille un abbaye à laquelle fut donnée le nom de Rallion. Ce nom signifiait que la victoire avait été remportée grâce au ralliement des troupes.

L’abbaye fut desservie, jusqu’à la Révolution, par des moines.

L’une des fermes de Rallion occupe l’ancien manoir prioral et possède encore plusieurs portes ogivales, dont une surtout est trilobée d’une façon fort curieuse. L’autre ferme comprend l’ancienne métairie du Prieuré.

La chapelle, partagée par un mur intérieur, sert de grange aux deux fermiers.

L’histoire terminée (et qui nous a paru nécessaire pour la clarté de ce qui va suivre), nous arrivons à la légende.