Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.

de petit tas dans lesquels se jouaient les rats et les souris. La porte n’avait ni serrure, ni verrou.

Annette et sa mère s’enveloppèrent dans leurs couvertures de voyage, et se jetèrent tout habillées, sur le noir grabat qui servait de lit.

Bientôt, au-dessous d’elles, des voix nombreuses, des chants, des disputes, des blasphèmes se firent entendre. Ces bruits se prolongèrent très tard dans la nuit. Annette mourait de peur.

Harassées de fatigue, les voyageuses finirent cependant par s’endormir.

En bas, les buveurs s’en allèrent les un après les autres, et bientôt le père Quoue-de-loup se trouva seul. Il était près du foyer, la tête entre les mains, se parlant à lui-même : « Oui, disait-il, Jérôme a raison, je suis trop connu dans ce pays, il m’arrivera malheur. Mes vols seront découverts, et si je reste ici, à la moindre affaire je serai arrêté. Mais pour fuir, il faut de l’or, et je n’en ai pas. Allons ! du courage ! Les étrangères ont des bagues, des diamants, une