Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


OFFRANDE


Du pays brumeux où je suis exilé loin de ton soleil, c’est encore comme une cathédrale que tu m’apparais, ô Venise la lumineuse ! Mon rêve, malgré la nuit, retrouve ton silence musical et ton réalisme mystérieux. Tes cloches sonnent dans mon cœur, tes oiseaux volent dans mes yeux. Et je t’offre ce livre comme le plus pur de ma jeunesse.

Les mots que jamais je n’ai dits, les caresses que jamais je n’ai données, ces mots et ces