Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

L’HEURE DU BERGER


— Alors, vous croyez, docteur…

— Que ce sera très long, très long. Il faut à la malade un repos absolu. Surtout un repos d’esprit. Qu’elle n’écoute en son cœur pas d’autres bruit que ceux des rames sur l’eau, lorsque dans le canal des bateaux passent. Je compte sur vous, Monsieur le Marquis.

— Basta ! Je suis vieux vous savez… Je ne peux guère défendre. Quand elle sourit je fais ce qu’elle veut. Très mauvais garde-malade,