Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

APOTHÉOSE



Mourir avec des musiques et des appels, dans un bercement de baisers et de bijoux, mourir les yeux tournés vers ce sanctuaire… les teintes rosés, les perles grises, les vieux palais ouvragés comme des tabernacles. Au milieu de cette cathédrale, de ce marbre élancé vers le ciel, de cette douceur du passé, de ce bruit de vagues, soyeux et languide, mourir avec des musiques et des appels !…

Jacques de Liéven halluciné regardait au loin