Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/64

Cette page n’a pas encore été corrigée


` LE SERPENT Nom 59 , ' chaine, une fois la réussite assurée, lui-même eût, vo- ( · lontiers, prononcé les vœux monastiques. Sa parole alorseût joint a l’eilicacité du sérum le prestige de la consécratio_n. Quelle aide apporte àla volonté de gué- rir l’énergie d’une ardente foi 1 .Dans les hôpitaux des L colonies, n’avait-il pas vu échapper aux pires iièvres des matelots qui jugeaient leur médecin savant et pa- ternel, tandis que périssaient en grand nombre ceux que le thaumaturge a trois galons n’avait pas su con- veincre de ses mérites, souvent réels? Au reste, les pénitents de Lourdes parviennent a se traiter excellemment par la seule force de l’auto-sugges-t tion, sans le secours de la pilule ni du cachet? Goulven nous certiiia qu’il recommandait a ses epi- leptiques de Belle-Ile les pèlerinages, l’assiduité aux pardons. Certes, il avait obtenu des cures heureuses par Yhydrothérapie et les bromures. Néanmoins, Sainte-Anne—d’Auray, Saint-Jean-du-Doigt, Sainte- Anne de La Palue avaient amendé l’état de pauvres I êtres en proie aux affections nerveuses, et rebelles aux injonctions de la pharmacopée. Aussi, par les deux méthodes combinées de la suggestion religieuse et la thérap‘eutique ordinaire, il traitait les maux du _ grand sympathique avec un succès notable. Il salua même une de ses malades. Entre la guimpe et l’épiderme de la nuque, elle s’appliquait un mouchoir abondamment mouillé. Le paradoxe mamusa, comme une affectation d’ironie drôle envers _ les doctrines officielles de la Faculté. Loin de mer la puissance parfois inespérée des remèdes que nous inventons les uns et les autres, nous n’ignorons pas, néanmoins,que leur effet demeure variable, pré- _ caire et, chose singulière, transitoire comme l’en-