Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/63

Cette page n’a pas encore été corrigée


se LÈ sunruivr nom ` souvenir perpétuel. Madame Hélène s’étonnait qu‘ils n’eussent pas de colère contre nous. Plutôt parais- · saient·ils admettre mal que nous prissions plaisir, ainsi que différents touristes, à les contempler, pieux et sincères. D’autres, arrivaient par groupes. Les hommes étaient leurs chapeaux pour remplir, s’étant ` signés, leurs bouteilles à cidre avec le liquide mer- veilleux. D’aucuns délaçaient leurs chaussures, et plongeaient dans le bassin leurs pieds tout recroque- villés, leurs ongles gibbeux, fendus ou incarnés. Trois jeunes ülles de Pontivy humaient la boisson d’une vasque en ayant soin d’écarter les guipures de leurs larges manchettes, et les voiles de leurs tiares neu- ves. Tour à tour, les familles se succédaient, piéti- nant la flaque de la piscine, buvant aux conques de pierre, recueillant le jet de la fontaine sur leur mou- choir pour humecter leurs ophtalmies. Simplement, elles accomplissaient le rite ancien avec des âmes de confiance et d’espoir. Je ne pus nfempêcher de dire que la publicite de notre Compagnie produisait des résultats moindres, et que le Régénérateur Guichardot devait etre avalé par les malades avec moins de foi. Pour guérir plus d’hommes, pour-sauver plus de vies, Goulven eut souhaité que le médecin fût revêtu d’un sacerdoce par la religion, et que, du haut de la chaire,il pût re- commander le miracle véritable, en rendant grâces aux Lois inconnues d’avoir nécessité ce phéno— mène bienfaisant de-la nature, en rendant gràces à leur esprit créateur, ce dieu que les peuples adorent sous les formes diverses inventées par les imagi- nations fertiles. N’eût-il été le mari d’une épouse exem- plaire, lui—même, au lendemain de sa découverte pro-