Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/6

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE SERPENT NOIR




Je vis un jeune berger qui se tordait, râlant et convulsé, le visage décomposé, un lourd serpent noir pendant à sa bouche…

… Ma main se mit à tirer le serpent, à tirer — en vain! elle n’arrivait pas à arracher le serpent du gosier. Alors quelque chose se mit à crier de moi : « Mords ! Mords toujours !

» Arrache-lui la tête ! Mords toujours !… »

… Le berger cependant se mit à mordre, comme mon cri le lui conseillait…

frédéric nietzsche.
(Ainsi parlait Zarathustra.)


Lorsque fut reconnue, cet automne, l’excellence du sérum découvert par le docteur O…, pour le traitement du typhus et des maladies analogues, une certaine déception émut les actionnaires d’une société à laquelle j’ai la chance d’appartenir, ayant hérité de quelques titres. La Compagnie Métropolitaine des Produits pharmaceutiques ne pardonnait pas à son agent général, M. Guichardot, d’avoir manqué une affaire qui aurait pu nous livrer le monopole d’un remède similaire, anté-