Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/50

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE SERPENT Nom 45 artistes en modes ? La gaine de caoutchouc envelop- pait d’une peau squameuse, brillante, les formes de sa gorge, ·la souplesse de sa taille, les rondeurs de ses hanches, l’ondulation de sa traîne bruyante,. Entre les laideurs de ces gens ràpés par les sels de l’air et de la mer, sa beauté fme et maitresse triom- pha, tout a coup, de façon presque miraculeuse. Je regardai Goulven la contempler, à mon exem— z ple. Vraiment féerique et reine, elle glissait, entre ces dos trapus corsetés de velours, ces croupes accrues par les vertugadins d’autrefois et les plis cliastes des grosses robes, ces cous brunis parla longue imorsure des saisons agricoles, ces gestes d’esclaves, et ces pas ferrés. ' Je ne sais encore pourquoi, ni par quelle rare divination des faits à venir, je pensai tout a coup que cette_ créature superbe, riche à souhait, influente par ses_ alliances, aurait pu secourir la gêne mani- A feste du docteur, et le mettre en point de renouveler, jusqu’au succès, les expériences interrompues faute ·d’argent, comme il le laissait comprendre depuis une heure de dialogue. Animée par le plaisir de conce- voir cette foule si étrangère à nos mœurs de Paris, madame Hélène était radieuse, ravie, souriante, affable. Cent idées ingénieuses aftluaient dans ses paroles. _ Chaque type de Bretons, elle l’attribuait exactement t à l’art d’un Dürer, d’un Memling, d’un Cranach, d’un Cimabue, d’un Mantegna; et sa memoire impeccable décrivait les murs des pinacothèques ou elle avait salué d’abord les portraits de ces gens rudes et pieux. L’approuvant de bon cœur, avec innocence et foi, . M'" Goulven la renseignait à profusion sur les carac- tères des costumes; et elle répétait naïvement-: 3.