Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/416

Cette page n’a pas encore été corrigée


 9   p " ne s1:rrEN·r—No1R  
  • >‘·.,?:_ . ,< · _ .
 L’affaîre était manquée. A peine avais-je,.

tfagucours de Vaventure, acquis le droit d’être reçu dan.s

salon des dames La Revelliere et de passer bientôt,. "

Qëaiûprès- de leurs calomniateursj pour l’amant de, ?.lâ..belie· veuve. Chance utile a la politique _de mes ëentmprises, comme je peux m’en assurer,f0rt heu- Qreulsenient, aujourdhui. _ « ·_ · fçger ,6111 se_t0ucba les mains. On se lit les souhaits @usage.`i\1‘“°G0ulven embrassa très longuement sa Ãicousine qui, muette etstatuaire, accepta le pardon îièigniiîé par cette étreinte. Quant a moi, bien qu·· f;im».n flair me prémunît contre l’inutilité de `toute î-riouveiie tentative, je recommandai pourtant à Goul- aêxevr ` · 23 _< Si tu as l’esprit scientilique, tu refléchirasu- QiEcris—moi dans huit jours, à Paris.

 '— Je t’écrirai, — accorda-t-il fort sèchement. '
 .l’espérais encore que mes semailles germeraient.

dans la dure matière du cerveau breton. Autant. Ã que le permit la lumière chassieuse des lanternes,. êje- constatai que la tête du docteur semblait un·_

crane creusé d'un rictus. Le désespoir Pémaciait.

"ainsi. Avide de fuir madame Hélène et le reproche- I debcaux yeux, il escalada le marche-pied de'la··voi—— »_iîèqi‘e, en buttant, se réfugie tout au fond, dans l"0bscu?

 des rideaux de cuir; Mm La Ptevellière fut hissée

Ãpar Mm Goulven, qui se pressait d’en iinir, qui üt claquer la portière. Et le véhicule s’engagea dans la Ãiioule,des,moissonneurs. Eux se mettaient en niarche ·1ëifersle·premier gite de leur route. La blancheur des ··co·ifl`es et les boucles des chapeaux luisaient au passage sous-les, réverbères.'iDans un chariot, une îribaiimbelle de (illes se démenait et distribuait des bro—