Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/408

Cette page n’a pas encore été corrigée


 ` . LE snnriswr Nom !i03`

·- ai la balustrade. Ses mains en petrissent le fer; ses pieds, se détendent, s’allongent, se contractant, s"en— lacent. Voilatout, Les Goulven sont moins agités que les rustres qui s`égaient et se bourrent en bas, qui- _ pfredonnent et qui racontent, qui se disputent et qui s’embrassent, grouillemeut obscur, a l’abri des hauts bordages et des tas de bois, d'oi1 monte l’odeur suave

 d’écorces gommeuses. A l’horizon, le phare gesti-

. cute, éclaire tout a coup la voile d’une barque infime ` _ et lointaine. A trois mètres de nous, sur la même pas= ‘ N 'rserelle, ni le capitaine, ni le timonier ne `soup- ' çounent même notre drame, mon drame... I ` Les Goulven ne sont—ils pas mes marionnettes, ceux dont j’ai façonné les âmes, depuis six semaines, . avec dextérité ‘?... Dire que j’ai persuadé cette femme amoureuse et pieuse de proposer le divorce, de dompter son affection unique, d’endormir la vigi- • lance de sa foi 1... ` · — Ne penses—tu pas, — objectait alors son mari, — qu’un isophisme me sert de prétexte pour m’afTran— chir,de notre peine commune, et en décharger tout ` le poids sur tes épaules fragiles ?... Ne t’arrivera—t—il pas de croire que j’aime éperdument ta cousine, et ' que cela m’éblouit, m’empêche de discerner la vrai devoir ‘?... Oui, comme un homme ébloui, je chan- celle, au milieu de lumières vacillantes. , —— ll y va de ta vie ! — exhalait ia voix d’agonie, · _·— N’y allait—il pas de ma vie quand je combattais le typhus et la fièvre jaune dans les hôpitaux des tro- piques? N’y allait-il pas de sa vie quand mon père, avec vingt-quatre matelots, coupa la retraitewde sept - cents Pavillons noirs, qui le décapitèrent ?... Eh bien, , j’ai tout de même combattu le typhus ; il a tout de ~