Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/399

Cette page n’a pas encore été corrigée


394 , LE SERPENT nom ` · des vertus plus singulières... .l e ne t'aime plus, oses—m dire ! Est—ce que je ne t’aimais pas quand tu partais pour tes voyages dans les mers dangereuses ?... Est-ce que je ne t’aimais pas quand tu m’as quittée pour .aller à la guerre de Chine ‘?... Est-ce que je ne ifaimais pas?... Cependant je cachais mon chagrin : je t’aimais pour toi courageux, pour toi noble, pour toi glo-‘ rieux,... et non pour moi qui eusse voulu te gar- der dans une petite chambre, contre ma poitrine... Ne croyez-vous'pas que j’ai souffert toutes les angoisses- pendant les mois ou j’interr0geais chaque Ilot iivide — venant du large, en tremblant qu’îl ne me rendit un ' corps dans l’écume ?... Et cependant, tu es reparti; et . je t’ai laissé repartir sans pleurer, parce qu’îl fallait donner l’exemple aux mères et aux femmes des mate- ` lots... Est—ce que je ne t’aimais pas alors pour toi I seul, puisque je me résignais à souffrir des mois et des mois, des saisons et des saisons !... Mm Goulven s’exaltait ainsi par la parole. Pas un geste n’accompagnait sa plainte verbeuse. Quelle que fut sa vaillance. elle ne s'empêchait pas de déclamer un peu comme les personnages des poètes, dans l’intention d'attendrir celui qui demeurait près d’elle, inerte, sans courage devant sa propre v0l0nté..l1po‘us- sait_ des exclamations inutiles. Je sentis qu’elle avait, risqué l'offre du divorce, parce qu’elle doutait enco1·e de Pacceptation. Mais j’avais confiance. Lui ne tenait peut-être guère à subsister, ni surtout a lutter d’une façon fatigante pour subsister. Mais il tenait forcément à ce que le sérum de Goulven fut. salutaire, a ce que les Facultés le reconnussent, a ce que des milliers de malades fussent guéris, à ce que la thérapeutique par le magnétisme du sang fut 1'ori-