Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/382

Cette page n’a pas encore été corrigée


` LE SERPENT Nom 377 l’aspect d’une auréole qui sanctifiaitles deux figures ` enioraisons. Pareilles étaient les expressions des regards invo- cateurs. Pareillement papillotaient les paupières, selon le rythme des litanies que les deux bouches murmuraiént ensemble au seuil de la chapelle, sous le cintre de la poterne. Non loin du vieux phare pa: voisé aux couleurs des pavillons maritimes, le doc- teur écoutait l’éloquence de madame Hélene traiter comme un simple motif d’art la dévotion de ces mille créatures accroupies, le chapelet dans les doigts, sur les ajoncs éventés et fanés du promontoire. Elle dé- nombra les infirmes amenés dans leurs brouettes pour supplier aussi le ciel, ses clartés rudes, sa bise agressive qui secouait tous les rubans, et faisait cla- quer les draps des robes, les drapeaux, les oriflammes. Alors Goulven pensa certainement que sa femme s'oubliait trop dans sa ferveur. Il médita sur le soutien qu'elle cherchait en s’unissant aux dévotions de ces gens. Les yeux du marin clignaient a la lumiere hostile. Il se détourna, contempla les mouvements momes ·de l’0céan bombé vers l’horizon , et saisi au ` loin, par les braspierreux des caps. L’amante n’ob— _ tint plus qu’il lui répliquàt. _ ‘ Noùs voulûmes gravir l’escalier du phare ·neuf. En spirale, une rampe de cuivre massif tourn0ie · dans le clair cylindre de granit bleu. Au sommet, nous considéràmes le pays, cette pointe de cailloux monstrueux éboulés parmi les eaux baveuses, Kéritis et Saint—Guénole, les deux ·bourgs, clapis à droite et à gauche, avec leurs maisons fortiliées des temps médiévaux, les pointes de leurs clochers, les mâts de leurs bateaux noirs. Vers 15 terre, ce sont les