Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/361

Cette page n’a pas encore été corrigée


356 LE SERPENT Nom · On doit être loyal envers soi-mème. Eh bien! ni _vous, ni moi, ne voulons exercer la pitié à fégard de Jean Goulven, à l'égard d’Anne—Marie'. Nous refusons d’amoindrir votre domination et mon indépendance, au bénellce de ces deux personnes. Voilà ce qu`il est loyal d’avouer. Vous nladmettez pas de motif pour renoncer au contrat qui lie Jean Goulven a votre existence, quand bien même il s`agirait de sa`vie..· · Je n’admets pas davantage les motifs d'accroître mes dépenses et mes responsabilités quotidiennes parce qu’Anne-Marie s’est plu auprés de moi; et quand bien même il s'agirait de sa vie... Vous le voyez, chere madame zau bout des routes les plus divergentes, la votre et la mienne, une même vérité positive nous éclaire. Armé de la plus narquoise bonhomie, je lui pré— sentai cette conclusion qui, de manière inattendue, apparentait nos âmes. La pitoyable sainte cherchaun secours vers la mer brouillée, au ciel morne et fuli— gineux, dans les falaises abruptes ou découpées que chargeaient, en tonnant, les escadrons successifs des llots, et qui se couvraient de fusées d`eau, de pluies blanches jaillies jusqu’aux cimes avant de retomber en cataractes précipitamment. D’une voix rauque et changée, elle gronda : -— Morsje suis la même que vous, moi, lorsque je refuse le divorce, comme lorsque vous refusez l’adop— tion, vous!... ` — Si vous m’autorisez a le dire, je le crois en effet, — déclarai—je en nfinclinant par un excès de courtoisie. · s La même que vous! — La même...