Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/352

Cette page n’a pas encore été corrigée


' LE ssarnm Nom 34'î· - Vous pensez, vous—méme, aimer votre mari, n’est—ce pas ? __ ` — J’en suis sûre... Allez-vous dire que je suis une égoïste et une barbare?... _ — Oui,... oui... ' Elle eut un haut-le-corps et se mit a rire, de ses dents gâtées : —— Vous êtes hardî... du moins! ' Soudain, elle comprit que la question capitale se posait encore. Tout son être menu se tendit, pour la résistance douloureuse, dans la pauvre robe. Elle vit, ( à. la ronde, les vapeurs de _l’horizon sinistre, le ciel informe, sombre et mobile, les espaces de la mer " blanche· et verte se ruant aux récifs noirâtres, aux chaos de la côte, les coifîant partout de cascades tumultueuses. Nul secours ne lui pouvait venir de cette désolation tragique. Les dames La Revelliére avaient disparu dans le trou des Korrigans, derrière _ l_e guide. Gilberte et le docteur étaient loin, a la base du pic iinal, et fort actifs autour du trépied. sur lequel ils vissaient leur plus gros appareil. A part la grand’mere, les gens ne- lui étaient pas moins _ ennemis que moi-même.Plutôt lui pouvais-je paraître en quelque sorte désintéressé _: un simple dilettante du mal, presque nécessaire dans ce décor de blocs- éboulés, de flots furieux et aboyants, d`inüni, livide au ciel, glauque sur la mer, de veut brutal qui nous crachait a laface ses embruns tièdes, et qui rem- plissait nos oreilles de longues plaintes lugubres. — Voici, — dis—je, — un homme, Jean Goulven, à qui vous reconnaissez une grande valeur intellec-· tuelle, du génie?... - -— Franchement, oui... _