Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/347

Cette page n’a pas encore été corrigée


X Nous démarrâmes aussitôt. Le docteur avait appris des pêcheurs que le vent du nord-ouest se levait, qu’il se développerait la nuit, et que la tempête ferait rage probablement. Nous projetions d’essister à ses magniûcences, sur la pointe du Raz. Nous allàmes vers Audierne entre la mer violette de la baie et les buissons dorés, empourprés par le couchant qui colora la bacchanale des Bretons en bandes sur les routes. _ Le docteur parlait seulement de choses scientifi- ques oupittoresques. Assis dans la voiture à. côté de sa femme, il s’efforça de maintenir la conversation sur les thèmes les moins propresà contenter les sentiments de son amoureuse.,J’activai la marche, et nous parvîn- · ' mes a l’auberge sans autre incident. Mais je n’avais pas gagné un point durant cette fâcheuse journée. Or la réussite de mon plan exigeait de la prompti- tude. M°‘° Goulven pouvait être persuadée en quel- ques heures de pathétisme, parce qu’e1le jugcrait son sacrifice digne de ses plus hautes rêveries. A ressas-